Le tabagisme est la cause principale de décès dans le monde, et l’objectif le plus courant est la cessation. Il existe plusieurs façons d’arrêter de fumer, dont les plus populaires sont le sevrage brutal, la prise de médicaments ou le passage aux e-cigarettes. Les e-cigarettes, également appelées « vapotage », sont moins dangereuses que les cigarettes traditionnelles, mais leur dangerosité pour les consommateurs et leur entourage est encore inconnue.

E-cigarette : une nouvelle tendance parmi les fumeurs

Les conséquences sur la santé à long terme de l’utilisation des e-cigarettes sont très peu connues, en raison de l’absence d’études sur le sujet. En effet, il s’agit d’un nouveau type de produit et les chercheurs ont des difficultés à trouver des personnes pour effectuer des recherches.

Les e-cigarettes gagnent en popularité en tant qu’alternative aux cigarettes traditionnelles. Selon des recherches récentes, elles pourraient être considérablement moins dangereuses. En réalité, les e-cigarettes sont plus de 90 % moins dangereuses que les cigarettes ordinaires. Ce chiffre ne représente toutefois qu’une estimation et non un calcul scientifique précis.

Les e-cigarettes ont été commercialisées comme une alternative plus sûre aux cigarettes classiques. Bien qu’elles ne contiennent certainement pas tous les produits chimiques dangereux présents dans la fumée de tabac, les risques potentiels, pour la santé, liés au vapotage suscitent toujours des inquiétudes.

L’absence de réglementation officielle applicable aux produits ne permet pas de comparer les résultats entre les différentes marques, et il s’agit là d’un des principaux problèmes auxquels sont confrontés par les chercheurs. Cependant, plusieurs recherches ont permis de détecter certains métaux lourds dans la vapeur des e-cigarettes, et ces composés pourraient être dangereux pour la santé humaine.

Le manque de connaissances actuelles

Les insuffisances des connaissances sur les effets des e-cigarettes sur la santé continuent d’entraver leur développement en tant qu’aide à l’arrêt du tabac. Un récent rapport universitaire suggère que des millions de personnes en sont aujourd’hui des utilisateurs réguliers.

Selon un rapport, le plan de lutte contre le tabac vise généralement à réduire le tabagisme dans de nombreux pays. Certains experts estiment que plusieurs centaines de milliers de personnes utilisent les e-cigarettes pour remplacer le tabac.

Toutefois, cette étude ne permet pas de déterminer le nombre de personnes qui ont utilisé la cigarette électronique avec succès pour arrêter de fumer. Les effets que les e-cigarettes peuvent produire sur les petites veines ou les artères – tant chez les utilisateurs habituels que chez les utilisateurs occasionnels – ne sont pas clairs non plus. Il existe d’importantes lacunes dans les connaissances dans ces domaines.

Dans le cadre d’un examen, des chercheurs anglais ont tenté de déterminer si les e-cigarettes constituent un moyen efficace d’arrêter de fumer. Les petits vaisseaux sanguins et les capillaires sont affectés par les maladies cardiovasculaires. Au cours de l’étude de six mois, les progrès des participants ont été observés. Ceux du premier groupe ont reçu des e-cigarettes riches en nicotine, tandis que ceux du second groupe ont reçu des e-cigarettes sans nicotine. Une thérapie de remplacement de la nicotine a été fournie aux participants du troisième groupe.

Les participants à cette étude ont reçu le même type d’aide comportementale que les programmes de sevrage tabagique, sur la base de leur cadre d’assistance aux fumeurs. Cependant, cette enquête est toujours à la recherche de personnes désireuses de participer. Les participants doivent être capables d’arrêter de fumer et prêts à respecter la stratégie prévue.

Découvrez l’article sur le meilleur dosage de nicotine pour votre E-liquide

Un sevrage tabagique définitif

Les chercheurs surveillent le taux de cholestérol des participants, leur habitude de la nicotine et le taux de monoxyde de carbone dans leur haleine, ainsi que la fonction de minuscules artères et veines. En outre, leur état de santé est mesuré.

Les résultats préliminaires suggèrent que les fumeurs affectés aux groupes de l’e-cigarette sont plus susceptibles d’arrêter de fumer et de terminer leur tentative d’arrêt que ceux affectés aux groupes de la thérapie de remplacement de la nicotine.

Ces résultats semblent contredire ce que de nombreux scientifiques ont cru au sujet des e-cigarettes. D’après cette étude, les e-cigarettes pourraient être plus efficaces que les produits de substitution de la nicotine tels que les patchs ou les gommes. Cette découverte pourrait inciter davantage de personnes à tenter d’arrêter de fumer en utilisant les e-cigarettes.

Cette recherche est cohérente avec des études antérieures et des anecdotes dans le domaine. Pour s’en assurer, les participants sont divisés en groupes de personnes ayant réussi et de personnes n’ayant pas réussi. Les raisons de l’échec de ce dernier groupe sont évaluées.

Ces informations pourraient un jour contribuer à établir de nouvelles normes pour l’utilisation des e-cigarettes comme moyen d’arrêter de fumer. Il est essentiel de fournir aux fumeurs davantage d’alternatives et de meilleures informations afin qu’ils puissent abandonner définitivement la cigarette.

Previous post La cigarette électronique est-elle une méthode d’arrêt du tabac sans risque ?
Next post Les principales sources d’énergie renouvelable